English version

Après des débuts professionnels dans le dessin d’architecture et la décoration, je me forme à la peinture dans les ateliers de Jean Claude Fontana et Christine Daviet Gilbert à Lyon. Je m’essaie à la peinture figurative – natures mortes, nus, paysages urbains et me familiarise avec différents médiums: aquarelle, acrylique, huile. Ce dernier emporte très vite ma préférence pour sa matière que je travaille en épaisseur, créant des textures et des glacis plus subtiles grâce à un séchage plus long et un rendu plus brillant.

Petit à petit, mon style s’éloigne du figuratif. Je me détache des règles de la perspective, le dessin s’enfoui jusqu’à disparaitre complètement pour m’amener vers des oeuvres abstraites riches en couleurs. Mon univers romantique et rêveur, non sans rappeler celui de Marc Chagall, rappelle mes origines slaves. L’abstraction lyrique à la façon de Jackson Pollock m’inspire. Le tachisme, l’écriture gestuelle rehausse mes toiles. Le biomorphisme enjoué comme Vassili Kandinsky fait aussi partie de mon univers. Il influence les formes de mes peintures laissant place à l’imprévu. Christine Daviet Gilbert, artiste et galériste dit  » c’est une fête de poser l’œil sur les couleurs joyeuses et riches de Jacek ».

Je travaille alors sur plusieurs séries thématiques et ses variations (Variations Géométriques, 2000). La musique me transporte aussi souvent sur des rythmes sphéroïdaux variés et est un élément source de création de mon oeuvre. Elle guide mes couteaux et pinceaux en parcourant la toile vierge dans des compositions d’abstractions géométriques; mes gammes sont colorées comme les notes sont variées.

En constante évolution et recherche artistique, je décide de réintroduire depuis la fin des années 2000 un peu de figuratif dans mes compositions, en me concentrant en particulier sur l’architecture picturale. Les métropoles m’inspirent et me ramènent à mes connaissances premières, ce qui aboutit à la création d’une nouvelle série – toujours en cours – sur la ville. J’utilise les nouvelles technologies numériques (photographies, “collage” / montage, dessin vectoriel) afin d’amener mes éléments figuratifs.

Mes toiles deviennent alors un mélange, une superposition de visuels réalistes – juxtaposition d’images numériques – et de peinture abstraite.

J’ajoute enfin des motifs circulaires de différents diamètres et de différentes couleurs au nombre de sept, chiffre symbolique. Ces disques peints, de différentes couleurs, rendent les individus anonymes, impersonnels. Les villes sont déshumanisées, les interactions désordonnées par le jeu de juxtaposition des collages. Les images numériques – ternes, volontairement sans grande qualité, banales et découpées – renvoient au réel. L’abstraction et les couleurs vives ouvrent elles sur l’imaginaire et l’espoir…

Copyrighted Image